Ch. Oudiette

Le département de la Dyle

p. 129-130
Nil-Saint-Vincent Nizelles

NIVELLES, commune formant, avec ses environs, un canton du département de la Dyle.

C’était un chef-lieu de mairie et l’une des plus anciennes villes du duché de Brabant, dans le quartier de Bruxelles (wallon), sur les confins des comtés de Hainaut et de Namur.

Sa circonférence par les remparts est d’une demie-lieue, hors desquels il y a six fauxbourgs connus sous la dénomination de chaque porte, qui sont, de Charleroy, Namur, Bruxelles, Sainte-Anne, Soignies et Mons.

Sa population est d’environ six mille ames, y compris ses dépendances, qui sont, savoir :

Le hameau de Grambay,

Le ci-devant prieuré d’Orival, qui était un couvent de Trinitaires, supprimé en 1784.

Les fermes de Tournette, Montifaux, Moulins, Petit-Bois, Laid-Patard, la cense et maison de campagne de Delporte, l’Hôtellerie, Grande-Peine, Sprimont et Ellerée.

Et différentes autres maisons et auberges sur la campagne, qui ne sont connues que par les noms de ceux qui les habitent.

Cette ville, avant la suppression du clergé, renfermait un chapitre de quarante chanoinesses séculières nobles, et une collégiale de trente-six chanoines. Il y avait quatre paroisses du diocèse de Namur, dont trois dans son enceinte et une au-dehors.

Il y avait aussi un couvent de Carmes, un de Récolets et un de Guillemites. Ce dernier a été supprimé en même temps que le prieuré d’Orival.

Et finalement un couvent d’Annonciades, un de Conceptionistes, et un Béguinage.

On remarque dans l’un des fauxbourgs de cette commune, qui est celui de Bruxelles, un maison de campagne, nommée Fonteneau, dont les alentours sont décorés de fontaines et de bassins de la plus grande beauté.

Industrie et Commerce.

L’objet principal d’industrie et de commerce de Nivelles consiste dans des fabriques de dentelles ; il n’y a qu’une manufacture d’étoffes de laine et une de siamoise ; et parmi treize moulins à eau qui se trouvent tant au-dedans qu’au dehors de cette ville, il y en a un servant à une fabrique d’huile, un à eau et un autre à papier. Il y aussi neuf brasseries et neuf genièvreries. [p. 130]

Les marchés qui se tiennent sur l’une des deux grandes places qui sont dans l’intérieur de cette commune, sont considérables en bêtes à cornes et en porcs.

Productions.

La commune de Nivelles étant située dans un fond entouré de montagnes peu élevées, on y remarque quantité de vergers traversés par différens ruisseaux d’une eau très-vive qui se communique dans toute la ville par des fontaines publiques et autres ; ces vergers, joints aux jardins potagers, qui sont également hors des remparts, produisent des fruits et des légumes en abondance.

Le territoire du canton de Nivelles est au surplus fertile en froment, seigle, orge, avoine et colzat ; le lin s’y cultive, et il y a beaucoup de prairies, pâturages et bois.

Son étendue est d’environ une lieue et demie de longueur, sur trois-quarts de largeur ; il est limitrophe au Sud au département de Jemmappes, et il tient au Nord au canton de Braine-l’Alleud, à l’Est à celui de Genappe, et à l’Ouest à celui de Tubise.

Il y a dans la commune de Nivelles un tribunal de police correctionnelle.

Elle est à six lieues au Sud de Bruxelles, cinq au Nord-Est de Mons et neuf au Nord-Ouest de Namur.

Longitude 21 degrés 55 minutes, latitude 50 degrés 35 minutes.

Print Friendly, PDF & Email