Ch. Oudiette

Le département de la Dyle

p. 99-100
Léau (canton) Leefdael

LÉAU, commune et chef-lieu de canton du département de la Dyle, à son extrémité orientale, ci-devant petite ville du duché de Brabant, au quartier de Tirlemont, vers les limites du pays de Liège, avec une ancienne forteresse.

C’était un chef-lieu de mairie, où il y avait une paroisse et collégiale de douze chanoines du diocèse de Malines, avec des monastères désignés dans la description de ce canton. (Voyez Léau canton.)

Il y avait aussi un chapitre de [p. 100] de chanoines mariés, qui étaient d’une institution semblable à celle qui existait de ce genre dans la ville de Tirlemont. (Voyez Tirlemont.)

Sa population est d’environ mille ames, y compris ses dépendances, qui sont les hameaux de Terweyden, Ossen-Vegh et une ferme isolée, nommée Den-Roye.

Les productions de ce territoire sont en froment, seigle, orge et avoine, avec beaucoup de prairies et pâturages.

Cette commune a un moulin à eau, et une brasserie.

La ville de Léau fut prise par les Français en 1678, et rendue par la paix de Nimègue. Ses écluses l’on rendue autrefois très-forte. L’air y est mal-sain, à cause des marais qui l’entourent.

Elle est sur la petite rivière de Gette, à une lieue et demie à l’Ouest de St.-Trond, et à deux lieues et demie au Nord-Est de Tirlemont.

Longitude 22 dégrés 45 minutes, latitude 30 dégrés 50 minutes.

Nota. Il y a auprès de Léau un lac d’une grande étendue, environné de marais et de montagnes ; il est d’une extrême profondeur et très-poissonneux.

Print Friendly, PDF & Email